26 Juil 2013

Trappes : l’ado blessé porte plainte contre la police

Des policiers à Trappes le 20 juillet 2013 (DESSONS/JDD/SIPA)

Le jeune garçon qui a perdu son œil suite à un tir de flashball vendredi dernier, à Trappes, va porter plainte auprès du parquet de Versailles.

Maître Raphaël Chiche, l’avocat de S., âgé de 14 ans – et qui sera représenté par sa mère car mineur – a indiqué à Rue89 que le document était en cours de rédaction et qu’il sera déposé en début de semaine prochaine sur le fondement « tentative d’homicide volontaire sur mineur de quinze ans », des faits passibles de la réclusion criminelle à perpétuité. Il justifie ce choix :

« L’intention de l’homicide se détermine en fonction de l’utilisation de l’arme. Or, nous considérons que la victime a été visée délibérément au niveau du visage, avec une arme potentiellement létale. »

Selon Maître Chiche, S. rentrait chez lui vers 20 ou 21h, après avoir fait des courses au centre commercial de quartier, quand il s’est arrêté, par curiosité, devant les échauffourées qui se déroulaient près du commissariat de Trappes :

Maître Raphaël Chiche (Julien Mucchielli)

« Lorsque la police charge, les émeutiers s’enfuient, et l’un d’eux bouscule le jeune garçon qui chute. C’est lorsqu’il se relève qu’il est touché à l’œil par une première balle, la seconde lui frôlant le crâne juste après que quelqu’un l’a tiré de là, lui évitant le tir de justesse. Pourquoi deux balles, d’ailleurs ?

Il insiste sur le caractère fortuit de la présence du collégien, qui n’a “en aucun cas” fait partie des émeutiers dont l’avocat dénonce les actes :

“Mon client est irréprochable, et faisait partie d’un groupe de personnes intriguées par les événements, il allait rentrer chez lui pour le dîner du ramadan.”

L’avocat a également critiqué l’attitude de l’inspection générale de la police nationale (l’IGPN) :

“Ils sont venus l’interroger sur son lit d’hôpital, juste après le traumatisme que peut représenter une telle blessure. Il était en état de choc, et n’était pas en pleine possession de ses moyens”.

Il a également indiqué déposer une seconde plainte pour “apologie du crime d’atteinte volontaire à la vie” contre l’un des policiers, formellement “identifié”, ayant tenu des propos offensant à propos de ces événements.

Le fonctionnaire, dans une blague douteuse, avait estimé que la perte d’un œil n’était pas grave, “puisqu’il lui en reste un deuxième”.

Après l’IGPN, qui a diligenté une enquête pour éclaircir les circonstances du drame, et le défenseur des droits Dominique Baudis qui s’est également emparé de l’affaire lundi 22 juillet, c’est donc une troisième procédure qui va être lancée.

Maître Raphaël Chiche a d’autre part décidé de mener un combat plus général contre les actes islamophobes. Il a en effet intégré un collectif en train de se monter, qui compte déjà une trentaine d’avocats : la ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM), dont le fondateur est Karim Achoui, l’ancien avocat radié à vie en 2011, surtout connu pour avoir défendu de nombreux gangster.

Figurent également l’ancien ministre Roland Dumas ou l’avocat de Patrick Dills, Jean-Marc Florand.

La liste des membres de la LDJM (capture d’écran)

La LDJM, qui sera officiellement créée d’ici une semaine, s’associe d’ores et déjà à cette plainte en apportant son soutien. Elle n’est en revanche pas partie civile dans cette affaire, dont Maître Chiche est seul chargé. L’association a pour but de combattre judiciairement les actes “islamophobes, mais également racistes ou antisémites” explique Me Chiche.

“Il y a une carence des organisations et associations institutionnalisée en matière de lutte contre les actes islamophobe. De ce fait, les gens victimes de ces actes ne sont pas assez conseillés pour aller au bout du combat judiciaire.”

De ce fait, le but de l’association est double.

“Les personnes victimes d’actes islamophobes pourront contacter l’un des avocats de notre réseau, réparti dans toute la France.”

Après cette première affaire judiciaire, Karim Achoui a annoncé que son association préparait plusieurs autres dossiers visant des hommes politiques qui, selon lui, auraient tenu des propos islamophobes.

Rue89