09 Sep 2011

Le procès Capobianco reporté à 2012

L’Est Républicain


Région Lorraine – Ouverture Région Lorraine, vendredi 9 septembre 2011, p. Région Lorraine18

Justice

Le procès Capobianco reporté à 2012

Eric NICOLAS

 

Nancy. Il devait se tenir à Nancy du 15 au 22 septembre prochains. Le procès aux assises de Meurthe-et-Moselle en appel de Joël Capobianco, ce médecin généraliste vosgien de 55 ans, est renvoyé.

 

Me Jean-Marc Florand, conseil du praticien, n’étant pas disponible la semaine prochaine (il doit plaider un important procès durant trois semaines à Paris), le ténor parisien s’est démis du dossier et a orienté son client vers Me Brultet, bâtonnier de Dijon. Ce dernier a demandé le renvoi du dossier afin de prendre connaissances des charges qui pèsent contre le généraliste, condamné en première instance à Epinal, en 2010, à 15 ans de réclusion criminelle.

 

Joël Capobianco, qui exerçait à Dommartin-lès-Remiremont (88), est poursuivi pour des viols qui auraient été commis entre 1998 et 2003 sur onze de ses patientes. Ce médecin qui pratiquait l’hypno-sédation, technique très controversée qui consiste à « libérer la parole » après une injection de tranquillisant, est accusé d’avoir injecté de fortes doses de Valium et de Tranxène à ses patientes avant d’en abuser. C’est une jeune femme âgée de 22 ans qui avait dénoncé certains faits en premier, en juillet 2005.

 

Me Stéphane Viry, avocat d’une des plaignantes, regrette ce renvoi tardif. « Certaines des victimes avaient pris leurs dispositions pour être présentes tout au long du procès », explique-t-il. « Ce report les agace tout autant que les manifestations publiques de Jöel Capobianco depuis plus de six mois. Le médecin a fait des émissions de télévision, dont  » Sept à huit  », sur TF1, et a un comité de soutien sur internet ».

 

Incarcéré au soir du verdict, Joël Capobianco avait été remis en liberté par la chambre de l’instruction en janvier 2011 et placé sous contrôle judiciaire. Le praticien a l’interdiction stricte de quitter la France, de paraître dans les Vosges, d’entrer en contact avec les plaignantes et d’exercer la profession de médecin. Il réside dans la banlieue de Metz, au domicile de sa compagne, où il exerce la profession d’ingénieur informatique.

 

© 2011 L’Est Républicain. Tous droits réservés.