19 Nov 2007

Nouvelle demande en révision de Bruno Joushomme: le rejet requis

AFP Infos Françaises


Crime et délits, lois, justice, lundi 19 novembre 2007 – 16:30 

Nouvelle demande en révision de Bruno Joushomme: le rejet requis

PARIS – La commission de révision des condamnations pénales a examiné lundi la nouvelle requête en révision présentée par Bruno Joushomme, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1998 pour l’assassinat de sa femme, et le parquet a requis le rejet.

 

Lors d’une audience à huis-clos, l’avocat général, Didier Boccon-Gibod, a estimé qu’il n’y avait aucun élément nouveau et a requis le rejet de la demande, a-t-on appris auprès des avocats de M. Joushomme, Me Jean-Marc Florand et Me Philippe Meilhac.

 

Une première requête avait déjà été rejetée par la commission de révision en mai 2006.

 

En novembre 1998, la cour d’assises des Hauts-de-Seine avait jugé Bruno Joushomme coupable d’avoir, en 1985, maquillé en accident de voiture l’assassinat de son épouse, Evelyne Laborde. Celle-ci, de 39 ans son aînée, avait péri carbonisée dans l’incendie de la 2CV du couple.

 

Après avoir vécu 14 ans libre, Bruno Joushomme avait été condamné à la perpétuité. Il n’avait pas fait appel car, avant 2000, la loi française ne permettait pas à un accusé de faire appel de sa condamnation aux assises.

 

La défense de Bruno Joushomme rappelle que le scénario criminel validé aux assises supposait de la part de leur client qu’il ait successivement « simulé un accident, violenté ou drogué son épouse, avant de mettre le feu volontairement au véhicule ».

 

Or, « aucune expertise technique digne de ce nom (…) n’a été réalisée au cours de l’instruction ». En outre, jugent les avocats, « une lecture objective du dossier montre qu’il n’existe aucun élément permettant de conclure à ce que la victime ait été violentée ou droguée avant que le véhicule ne prenne feu ».

 

Me Meilhac a déploré que, durant l’audience, le parquet général soit revenu sur la question des mobiles possibles, tels l’acquisition par Bruno Joushomme de la fortune de sa femme, « alors qu’on est venu là pour un débat purement technique, sur les causes de l’incendie » du véhicule.

 

La défense a en effet produit aux débats un nouveau rapport, rédigé par un expert de renom, qui a « des conclusions diamétralement opposées » de celles réalisées jusqu’ici.

 

La commission a mis sa décision en délibéré au 17 décembre. Elle pourra alors soit rejeter la requête, soit ordonner un supplément d’information et nommer un collège d’experts judiciaires.

 

dom/def/sh

 

© 2007 AFP. Tous droits réservés.