07 Mai 2008

Ils luttent contre le proxénétisme

Le Parisien


PARIS, mercredi 7 mai 2008, p. 1

Ils luttent contre le proxénétisme

C.B.

 

CET APRÈS-MIDI, au tribunal, les deux prévenus, l’ancien policier et son complice, trouveront, face à eux, les équipes d’Action contre le proxénétisme (EACP). L’association, représentée par Me Jean-Marc Florand et Philippe Meilhac, s’est constituée partie civile et a l’intention de demander des dommages et intérêts. EACP est une association à but non lucratif. Créée en 1956 par un parlementaire, un industriel et une assistante sociale, elle a été reconnue d’utilité publique en 1970, et son président de l’époque, Jean Scelles, est même à l’initiative, en 1975, d’une loi qui prévoit que toute association reconnue d’utilité publique ayant pour objet la lutte contre le proxénétisme et l’action en faveur des prostitués est habilitée à se constituer partie civile. A ce titre, EACP, aujourd’hui conduite par un magistrat honoraire, compte demander des dommages et intérêts aux ex-gérants du Sultana. Si la somme sollicitée est accordée par le tribunal, elle sera affectée à l’une des structures d’aide et d’hébergement, créées par l’association pour venir en aide aux victimes du proxénétisme.

 

© 2008 Le Parisien. Tous droits réservés.