03 Sep 2009

« Les gendarmes de l’Oise n’ont pas fait remonter l’info »

Le Parisien


Seine-et-Marne Nord, jeudi 3 septembre 2009, p. 0533039_1

« Les gendarmes de l’Oise n’ont pas fait remonter l’info »

G.Ca.

 

M e JEAN-MARC FLORAND, avocat des parties civiles

 

AVOCAT de neuf membres de la famille d’Audrey, M e Jean-Marc Florand a hurlé sa colère à l’encontre des gendarmes de la compagnie de Senlis (Oise). Selon lui, suite aux plaintes de la victime pour harcèlement, menaces de mort et violences, rien n’a été fait. « Les gendarmes n’ont pas fait remonter l’information. A quoi bon faire des campagnes médiatiques sur les violences faites aux femmes ? On ne devrait pas être ici aujourd’hui. Il y a eu un dysfonctionnement tragique dans cette gendarmerie. » Et l’avocat de regretter l’absence de convocation de celui qui menait la vie dure à Audrey. « En garde à vue puis en comparution immédiate, Hervé Vincent-Sully aurait été condamné, peut-être à une peine ferme. En tout cas, il aurait eu interdiction d’entrer en contact avec la victime. » Pour M e Florand, le décès d’Audrey est « l’aboutissement d’un processus morbide annoncé ». Ecoeuré par ce qu’il appelle un « massacre », l’avocat a rappelé que rien n’a arrêté l’accusé : « Ni le sang qui coule, ni les cris d’Audrey, ni la souffrance. La victime s’est vue mourir. »

 

© 2009 Le Parisien. Tous droits réservés.