12 Avr 2008

« Il ne croit plus en la justice des hommes »

Le Parisien


FAITS DIVERS, samedi 12 avril 2008, p. 15

« Il ne croit plus en la justice des hommes »

Cécile Beaulieu

 

«CET HOMME a été usé par une trop longue détention, depuis 2002, et une mise à l’isolement total en prison durant deux ans », s’insurge Philippe Meilhac, l’un des deux conseils, avec M e Jean-Marc Florand, d’Halim Taguine, qui ont introduit une procédure devant la Cour européenne des droits de l’homme. « Il sera désormais facile à l’accusation, poursuit-il, de dire qu’il a le parfait comportement d’un coupable, malgré les zones d’ombre qui entourent son dossier et qui n’ont jamais été dissipées. Mais une chose est certaine : le malaise dont a été victime Halim Taguine devant la cour d’appel d’Evry n’était pas feint, assure M e Meilhac. Il était dans un état d’anxiété intense, couvert de sueur. Nous l’avons tous constaté. Les pompiers ont été appelés à son chevet et le Samu a confirmé qu’il allait mal. Il a, en outre, termine Philippe Meilhac, subi une batterie d’examens et notamment une coronographie. Quant aux experts médicaux, ils ont affirmé que l’état d’Halim Taguine était compatible avec la poursuite des débats, sous réserve d’un accompagnement thérapeutique à l’audience. Bref, personne n’a remis en cause la réalité des symptômes qu’il a manifestés. » Quant à son évasion, son conseil n’en connaît ni la raison ni les modalités. A-t-il bénéficié de complicités ? « Je ne sais rien des fréquentations qui ont pu être les siennes à la Santé et à Fleury-Mérogis où il était incarcéré dernièrement, soutient son avocat, mis à part le fait que ses positions religieuses se sont radicalisées en détention : il ne croit plus en la justice des hommes, mais en celle de Dieu. » Hier, après-midi, la présidente de la cour d’assises de l’Essonne a rendu une ordonnance constatant la caducité du dossier. En clair, Halim Taguine ne pourra plus faire appel et devra purger la peine de quinze ans qui lui a été infligée en première instance.

 

© 2008 Le Parisien. Tous droits réservés.