21 Mar 2009

Un garçon sympa, ouvert, tiré à quatre épingles selon Maitre Florand

Le Parisien


Faits divers, samedi 21 mars 2009

Justice
Le violeur des stades mis en examen

Nicolas Jacquard, Stéphane Sellami, et Carole Sterlé

 

Il aurait déjà fait au moins dix-huit victimes. Halim Taguine a été mis en examen hier soir par un juge d’instruction de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour deux viols et trois tentatives commis alors qu’il était en cavale. Mais d’autres crimes pourraient être imputés à cet Algérien de 37 ans qui avait pris la fuite au cours de son procès en appel devant les assises de l’Essonne, en avril 2008. Il répondait alors de onze agressions sexuelles sur mineur entre 2001 et 2002. En première instance, il avait écopé de quinze ans de réclusion. Le fugitif a été interpellé jeudi à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Le violeur des stades est accusé d’une nouvelle série d’agressions pédophiles perpétrées entre août et décembre 2008 à Montreuil, Bagnolet et Paris sur des garçons de 9 à 14 ans. Il devait retrouver hier soir la prison.

 

Qui est vraiment cet homme au profil atypique ? « Une sorte de Docteur Jekyll et Mr Hyde », finit par se convaincre M e Jean-Marc Florand, qui assurait sa défense avec M e Philippe Meilhac avant sa cavale. Il décrit « un garçon sympa, ouvert, tiré à quatre épingles ». Un portrait loin de celui du prédateur froid et un brin kamikaze dressé par les victimes, qui n’hésite pas à frapper en plein jour, parfois dans des endroits bondés.

 

« C’est un homme extrêmement dangereux, résume M e Nathalie Kilo, qui défend cinq des premières victimes de Taguine. D’autant que, comme il a toujours nié, il n’a pas pu être soigné lors de son incarcération. »

 

Il n’a pas desserré les dents

 

Halim Taguine est né à Alger en juin 1971. Avant ses 30 ans, il décide de rejoindre le peu de famille qu’il a en France et trouve refuge chez sa soeur, à Aulnay-sous-Bois. Il vivote de petits boulots et se marie à une Française, plus âgée que lui. Cette femme, qui l’a cru innocent jusqu’à son procès en appel, doit se rendre à l’évidence : « Je n’avais plus de nouvelles de lui depuis l’évasion… Je n’aurais jamais cru qu’il soit capable de faire ça… »

 

Au total, ce musulman pratiquant a déjà passé six ans derrière les barreaux. Il « s’est un peu radicalisé en prison », note M e Florand. Son français est resté balbutiant. « Parfois, on devait parler avec les mains », se souvient M e Meilhac. Mais, psychologiquement, les experts évoquent un « individu normal », présentant à peine « une tendance narcissique ». En garde à vue, Halim Taguine n’a pas desserré les dents. Les enquêteurs ignorent encore comment il a pu leur échapper pendant presque un an. « C’était une cavale très organisée, analyse Patrick Poirret, procureur adjoint à Bobigny. Il a probablement bénéficié de complicités. » La justice reste persuadée que la liste de ses victimes n’est pas complète.

 

Les éventuelles victimes sont invitées à contacter le 01.45.44.31.82 (pour Paris) ou le 01.41.60.29.00 (Seine-Saint-Denis).

 

© 2009 Le Parisien. Tous droits réservés.