22 Jan 2011

« Une décision un peu tardive mais juste », se réjouit Me Jean-Marc Florand

Le Parisien


Faits divers, samedi 22 janvier 2011, p. 75_T_14

Viols
Le médecin des Vosges libéré, son dossier égaré

G.T.

 

Joël Capobianco est sorti de prison. Condamné en juin par la cour d’assises des Vosges à quinze ans de réclusion pour des viols ou agressions sexuelles sur neuf patientes, ce médecin a été remis en liberté sous contrôle judiciaire avant-hier par la cour d’appel de Nancy. « Une décision un peu tardive mais juste », se réjouit Me Jean-Marc Florand, conseil du docteur Capobianco, qui a toujours nié les faits et avait fait appel du verdict. « M. Capobianco a par le passé déjà violé son contrôle judiciaire, je suis donc inquiète », réagit Me Isabelle Steyer, avocate d’une des victimes présumées. Elle dénonce surtout « l’inertie » de l’institution judiciaire qui a apparemment égaré le dossier Capobianco. Sept mois après le procès, la Cour de cassation, qui avait un mois pour désigner la cour d’assises d’appel pour rejuger l’accusé, n’a toujours pas reçu le dossier de cette affaire.

 

© 2011 Le Parisien. Tous droits réservés.